Installations minières puits mines de fer

mines de Bessèges

MINES DE BESSEGES

INSTALLATIONS 

PUITS CONCESSION DE BESSEGES 

PUITS GRANGIER

PUITS DE BRISSAC 

PUITS SIHOL 

PUITS CHALMETON 

PUITS VARIN 

PUITS CONCESSION DE LALLE 

PUITS SAINTE HORTENSE

PUITS TERRET 

Autres Puits 

BALANCE A REMBLAIS

MACHINE ELEVATION DES EAUX 

CONDENSATION 

MINES DE FER 

 

lll

A 4

A 6

A 5

A 5;;

A 3,

A 7

A 6

MINES DE FER 

Terrain Triasique. Le trias contient un grand nombre de substances utiles, en premier lieu des minerais de fer. Le bel établissement métallurgique de Bessèges est en grande partie alimenté avec les minerais de ce terrain.On y trouve aussi des pyrites exploitées pour la fabrication de la couperose, des gîtes de plomb sulfuré argentifère font l’objet de plusieurs concessions, du manganèse ainsi qu’une petite quantité de zinc sulfuré ou carbonaté .Ce terrain contient aussi d’abondantes carrières de gypse, des calcaires propres à la fabrication de la chaux ; des argiles que les arts céramiques utilisent comme terre à foulon . Les grès triasiques sont avantageusement exploités comme pierres de taille et comme pierres meulières. Les sables sont employés dans les verreries et comme sables de moulage ; ils sont excellents pour la confection du mortier. On utilise pour l’entretien des routes les grès triasiques dont les dépôts sont à proximité  

MINERAI DE FER

Dans le bassin de la Cèze on trouve 3 concessions de minerai de fer dans le terrain triasique.

Concession de Bessèges et Robiac

Créée le 16  juillet 1828 surface 1983 hectares

Concession de Bordezac

Créée le 5 mars 1833 153 hectares

Concession du Travers et de la Coste de Long

Créée le 5 mars 1833 580 hectares

 

CONCESSION DE BESSEGES ET  ROBIAC

Cette concession a les mêmes limites que la concession houillère. Les gîtes ferrugineux sont peu nombreux le plus important est situé sur la montagne de Rochessadoule au dessus de l’usine de Bessèges. Peu important il a été exploité à ciel ouvert pendant quelques années pour l’usage de la fonderie  de Bessèges.

Près des Drouillèdes on rencontre dans le conglomérat houiller une couche de schiste rouge ferrugineux argilo talqueux il est riche en fer de 9 à 12 % la fonte est grise et tenace ; essais faits par M Leclerc

 

CONCESSION FERRIFERE DE BORDEZAC

Créée pour la compagnie De Veau de Robiac, Lassagne et Sihol Elle est contenue dans un périmètre délimité par des lignes droites tirées du clocher de Peyremale à celui de Bordezac, du clocher de Bordezac à la Meynière ; de la Meynère au moulin des Mourèdes ; du moulinau confluent des ruisseaux d’Abeau et de la Cèze jusqu’à un point de cette ligne situé à 450 m du moulin enfin de ce dernier point au clocher de Peyremale. Surface de 153 hectares fournit de 6 à 7000 tonnes de minerai par an. 

 CONCESSION FERRIFERE DU TRAVERS ET DE LA COSTE DE LONG

Faite à M Humann par ordonnance royale du 5 mars 1833, cédée la même année à M Emile Sihol fils de François Sihol. 500 hectares .Du clocher de Peyremale au clocher de Bordezac du clocher de Bordezac aux salles de Gagnières jusqu’à la rencontre d’une droite menée de Verrières au confluent de Gagnières et Cèze De ce point en suivant la limite des la concession de Lalle enfin dudit confluent au clocher de Peyremale.

Elle comprend 3 gîtes

 

 

 

GITES DU TRAVERS ET DU MALAGRA

On exploite dans ces gîtes 2 belles couches de minerai de fer qui paraissent faire partie d’un seul et même gisement bien que situés à 2 niveaux différents le vallon du Malagra se trouvant à 150 m au dessus de la montagne du Travers.

La couche supérieure a de 1m50 à 2 m d’épaisseur ; elle est composée d’un minerai de fer hydraté cloisonné ou terreux et contenant une forte proportion de manganèse

Analyse de ce minerai  

Fer 74,71

Oxyde de manganèse 02,93

Silice 09,28

Alumine 01,28

Soufre ou acide sulfurique 00,96

Eau 10,33

Traces de magnésie ou de chaux 00,51

 

La couche inférieure séparée par une épaisseur de 10 m de grès a une puissance de 0,50 m à 0,60 Elle est composée d’un fer hydraté  semblable au précédent On le désigne sous le nom de minerai rude

 GITE DE LA COSTE DE LONG

Situé sur le petit plateau triasique de Bordezac On y a exploité près du mas de la Coste de Long 3 couches de minerai Une couche supérieure d’une épaisseur de 2m jusqu’à 10 mais superficielle Deuxième couche de 1,50 m est probablement la même que celle du Malagra. La troisième est composée de minerai rude  

En 1847 on a ouvert au bas de la montagne du Travers à 225 m au dessous du sommet sur la rive gauche de la Cèze en face du pont de l’usine, une galerie  a travers banc dans les calcaires et grès du trias destinée à aller recouper les 2 couches du Travers et de Malagra mais les travaux ont été interrompus

Cette concession qui alimente à elle seule peut-on dire la fonderie de Bessèges lui fournit 48 000 tonnes de minerai par an.Ce minerai contenait trop d’argile on ajoutait donc de la « castine » roche calcaire qui était mélangée au minerai pour neutraliser l’argile.

Cette castine comme le minerai et le coke étaient transportées par des tombereaux tirés par des chevaux qui empruntaient le chemin des « gueulards » Un gueulard étant l’ouverture supérieure d’un haut fourneau. Les hauts fourneaux avaient été construits à flanc de montagne et ce chemin arrivait à leur sommet.

A 3Les corps des victimes ont éta placés dans des cerceuils dans la mine La gravure est donc fa

A 29

A 20

Note sur le drame de Lalle

LE QUARTEIER DE LALLE DEVIENT BESSEGEOIS

Nîmes le 16 juin 1864. Monsieur le sous préfet  J’ai l’honneur de vous informer qu’une loi du 18 mai dernier a réuni le hameau de Lalle, commune de Bordezac à la commune de Bessèges.

ENTERREMENT DES VICTIMES DE L’INONDATION  

Le salut assuré aux survivants, un douloureux devoir restait à accomplir, une odeur trop significative révélait la présence de nombreux cadavres qu’il fallait retirer de la mine. On continua à explorer toutes les galeries des diverses couches exploitées à ce niveau, l’air vicié par les gaz méphitiques et les effondrements produits par les eaux ou les explosions intérieures allongent beaucoup ce travail aussi pénible que dangereux mais rien n’arrête l’ardeur des mineurs. Les corps que l’on découvre indiquent une mort dès les premières heures du sinistre. Les vêtements sont souillés par la vase, ils ont perdu leur couleur et tout caractère distinctif. Après avoir retiré les montres ou autres objets pouvant servir d’indices pour établir l’identité. Les cercueils sont descendus dans la mine et déposés dans une chapelle ardente installée à peu de distance de la fendue. Samedi 21 corps ayant été retirés les obsèques se sont faites avec la plus grande solennité.Une messe fut célébrée en plein air sur une place au dessus des fours à coke. Après l’absoute le cortège se mit en marche se déroulant sur plus d’un kilomètre. En tête marchaient les enfants des écoles, puis les ouvriers mineurs de Bessèges, Trélys, Lalle et du minerai de fer, les ouvriers des chemins de fer et ceux des forges et ateliers de la compagnie puis 3 draps d’honneur tenus par des mineurs, les directeurs des mines le préfet et le sous préfet, les maires de Bessèges et Bordezac. Puis les deux corbillards que suivaient les employés de la compagnie des Forges et les parents des victimes, le conseil municipal de Bessèges. On évalue à plus de 6000 le nombre de personnes composant le cortège. Au cimetière quand les 21 cercueils eurent été déposés dans la même fosse M le curé de Bessèges en quelques paroles touchantes rappela tous les efforts faits pour sauver ces malheureux et témoigna des regrets que laissaient toutes les victimes.

2 novembre 1861 le nombre des cadavres retrouvés à ce jour est de 36 il en reste encore enfouis dans les galeries.

Dernier cadavre retrouvé le 9 avril 1862.

 Quant aux 89 autres corps, le tribunal de première instance d’Alais ordonna la transcription, sur le registre ouvert des décès de la commune de Bordezac et Bessèges en ce qui concerne les individus domiciliés dans l’une ou l’autre de ces communes du procès verbal ci-dessus indiqué et dressé à l’effet de constater le décès des ouvriers mineurs qui ont disparu à la suite des inondations  survenues le 17 octobre 1861.Cette transcription servira à établir le décès des 89 individus dont l’identité du cadavre n’a pu être constatée et qui sont désignés sous les numéros 1,3,8,9.

Sur cette liste figurent 4 enfants de moins de 15 ans.

Une messe en plein air fut dite pour le repos des âmes des victimes et pour demander à Dieu de bénir la reprise de l’exploitation

Lire la suite